ABSINTHE (Artemisia absinthium)

Tout ce qu’il faut savoir sur l’absinthe dans vos infusions

L’absinthe est une plante vivace originaire d’Europe et de certaines régions d’Afrique et d’Asie, mais qui pousse maintenant à l’état sauvage aux États-Unis. Elle est largement cultivée.

L’Artemisia absinthium est un membre de la famille des marguerites ou Asteraceae. Le nom de l’espèce, absinthium, signifie « sans douceur ».

L’absinthe pousse le long des routes ou des chemins. Cette plante arbustive mesure entre 0,3 et 0,9 m de haut et possède des tiges gris-vert ou blanches recouvertes de poils fins.

Les feuilles vertes jaunâtres sont poilues et soyeuses et possèdent des glandes contenant des particules résineuses où l’insecticide naturel est stocké.

L’absinthe dégage une odeur aromatique et a un goût piquant et amer.

Quelles seraient alors les vertus attribuées à l’absinthe ?

Pas reconnu par une instance règlementaire compétente et pas d’allégation de santé en attente d’une décision de la Commission Européenne

Allégation de santé en attente d’une décision de la Commission Européenne 

Usage traditionnel reconnu par une instance règlementaire compétente

La plante aurait des propriétés anti-douleur et anti-inflammatoires, et pourrait notamment soulager les douleurs dues à l’arthrose.

A l’époque de l’Egypte Ancienne, l’absinthe aurait été utilisée pour traiter les vers intestinaux.

La plante pourrait potentiellement combattre le ténia et d’autres parasites.

L’absinthe possèderait des composés antioxydants comme le chamazulène pouvant combattre, dans l’organisme, le stress oxydatif.

L’artémisinine, un composé végétal présent dans l’absinthe, pourrait potentiellement aider à combattre l’inflammation dans l’organisme.

L’absinthe stimulerait la digestion et soulagerait les spasmes dans le tractus intestinal. Les herbes amères stimuleraient la fonction digestive en augmentant la production de salive et en favorisant la production d’acide gastrique et d’enzymes digestives.

L’absinthe serait, depuis l’époque babylonienne, reconnue pour ses vertus thérapeutiques pour stimuler l’appétit.

Découvrez notre infusion bio « Digestion » à base de Menthe poivrée, fenouil & mélisse Bio !

Mais qu’en pensent les instances européennes ou internationales compétentes ?

Quel est l’avis de l’Autorité européenne de sécurité alimentaire EFSA ?

 

Le règlement CE N°1924/2006 régit l’utilisation des allégations nutritionnelles et de santé portant sur les denrées alimentaires et a établi les procédures d’autorisation des allégations de santé sur la base de l’évaluation scientifique de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

A ce jour, les allégations de santé portant sur les plantes et préparations de plantes ne sont toujours pas réglementées, ce qui a conduit à la création de la liste des allégations « en attente » (correspondant à 2078 entrées).

En attendant que des mesures soient prises en vue de réglementer l’utilisation des allégations de santé portant sur les plantes et les préparations de plantes utilisées dans les denrées alimentaires, les allégations mises en attente ne peuvent être utilisées que conformément aux mesures transitoires prévues à l’article 28 dudit règlement sur les allégations, sous la responsabilité des exploitants du secteur alimentaire et à condition qu’elles soient conformes aux principes généraux et conditions générales dudit règlement, ainsi qu’aux dispositions nationales en vigueur qui leur sont applicables.

Article 5 du règlement CE 1924/2006 :

Il établit les conditions générales d’utilisation des allégations de santé et prévoit, entre autres, que l’utilisation d’allégations de santé n’est autorisée que si la présence d’une substance faisant l’objet de l’allégation s’est avérée avoir un effet physiologique bénéfique, tel qu’établi par des preuves scientifiques généralement admises, et que la substance se trouve dans le produit final en quantité significative, telle que définie dans la législation de l’ Union ou, en l’absence de règles en ce sens, en une quantité permettant de produire l’effet physiologique affirmé, tel qu’établi par des preuves scientifiques généralement admises.

Article 6 du règlement CE 1924/ 2006 :

Il prévoit que les autorités compétentes des Etats membres, la D.G.C.C.R.F. pour la France, peuvent demander à l’exploitant du secteur alimentaire ou au responsable de la mise sur le marché de produire tous les éléments et données pertinents attestant le respect des prescriptions dudit règlement.

Quelles allégations sur la feuille d’absinthe sont en attente d’un avis EFSA et d’une décision de la Commission Européenne ?

À ce jour, il n’existe pas d’allégations en attente d’un avis de l’EFSA concernant l’Absinthe.

Les allégations en attente (pending list) sont listées par un numéro d’identification.

Il est mentionné à l’adresse internet suivante :

https://www.efsa.europa.eu/sites/default/files/topic/ndaclaims13.zip les allégations déposées pour avis EFSA et les conditions d’utilisation proposées par le demandeur (partie de la plante, mode de préparation, dosage journalier).

IMPORTANT

Attention : Regardez bien que la quantité de plante à prendre par portion et par jour pour que l’effet bien-être annoncé corresponde au mode de préparation mentionné. (infusion, extrait, poudre à avaler, ….). Des confusions sont fréquentes de la part des metteurs sur le marché d’infusions bien-être avec allégation santé.

Quels sont les avis des instances européennes ou internationales compétentes chargées de coordonner et d’évaluer les connaissances scientifiques en matière de phytothérapie ?

  • E.M.A. (European Medicines Agency ou Agence Européenne des médicaments)

L’E.M.A. considère comme « traditionnellement établi » l’usage de l’absinthe contre « la perte d’appétit temporaire et les problèmes digestifs légers ».

Dosage : 2 à 3 g d’herbes par jour, à consommer en 2 ou 3 fois.

  • La Commission E

La Commission E du ministère de la Santé allemand reconnaît l’usage de l’absinthe « contre la perte d’appétit, les digestions difficiles et les problèmes de vidange de la vésicule biliaire ».

Dosage : 2 à 3 g d’herbes par jour, en infusion.

  • E.S.C.O.P. (Coopération scientifique européenne en phytothérapie)

L’ESCOP reconnaît l’usage de l’absinthe contre « la perte d’appétit, par exemple après une maladie, et les digestions difficiles ».

Découvrez notre infusion bio « Digestion » à base de Menthe poivrée, fenouil & mélisse Bio !

Finalement, quel dosage minimum et maximum de d’Absinthe par portion et par jour est recommandé par les instances européennes compétentes ?

La monographie du Comité de l’Agence Européenne des Médicaments (HMPC) sur l’absinthe mentionne un minimum de 2 à 3 g de substance végétale broyée par portion et 2 à 3 fois par jour.

La Monographie du Comité de l’Agence Européenne des médicaments mentionne une quantité maximum de feuille d’absinthe de 3 g de substance végétale broyée par portion jusqu’à 3 fois par jour, soit un maximum de 9 g par jour.

 

Nous ne proposons pas d’infusion à base d’Absinthe. Cependant, pour aider à la digestion, découvrez notre tisane DIGESTION- Menthe poivrée, fenouil & mélisse Bio – Huile essentielle de menthe poivrée Bio

Précautions d’usage

Respectez les doses journalières recommandées.

Il est conseillé d’avoir un régime alimentaire équilibré et varié.

Selon l’EMA, il est préférable de ne pas prendre d’absinthe pendant la grossesse et pendant l’allaitement.

L’usage de l’absinthe chez les personnes de moins de 18 ans est aussi déconseillé par l’EMA.

INFO

L’absinthe ne peut pas être vendue par des personnes autres que les pharmaciens.

Sources bibliographiques

– WHO monographs on Selected medicinal plants –World Health Organization Geneva – (volumes 1, 2, 3, 4)

– The Complete German Commission E Monographs – Therapeutic Guide to Herbal Medicines – American Botanical Council – Senior Editor Mark Blumenthal

– European Scientific Cooperative On Phytotherapy Monographs – The Scientific Foundation for Herbal Medicinal Products 2nd edition, ESCOP, UK 2003

– Community Herbal Monograph of the Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC) – European Medicines Agency, EMA