BOULEAU (Betula)

Tout ce qu’il faut savoir sur le bouleau dans vos infusions

Le bouleau est l’une des quelque 40 espèces d’arbres et d’arbustes ornementaux et forestiers à courte durée de vie constituant le genre Betula (famille des Betulaceae) ; ils sont répartis dans les régions froides de l’hémisphère nord.

Le bouleau a une écorce lisse, résineuse, variqueuse ou blanche, marquée par des pores horizontaux (lenticelles), qui s’écaille généralement horizontalement en fines feuilles, surtout sur les jeunes arbres. Sur les troncs plus âgés, l’écorce épaisse et profondément sillonnée se brise en plaques irrégulières.

Son écorce caractéristique a inspiré son nom en sanscrit « bhurga » qui signifie « ce sur quoi l’on peut écrire ». L’écorce de bouleau a en effet longtemps servi de papier.

Sur un jeune arbre, les branches courtes et minces s’élèvent jusqu’à une couronne pyramidale étroite ; sur un arbre plus âgé, elles deviennent horizontales, souvent pendantes.

Ses feuilles ovoïdes ou triangulaires, généralement pointues, ont des bords dentés ; elles sont disposées alternativement sur les rameaux. Elles sont généralement d’un vert brillant et deviennent jaunes en automne.

Feuilles, sève, bourgeons, écorce, tout est utilisé dans le bouleau.

Quelles seraient alors les vertus attribuées au bouleau ?

Pas reconnu par une instance règlementaire compétente ou pas d’allégation de santé en attente d’une décision de la Commission Européenne

Allégation de santé en attente d’une décision de la Commission Européenne

Usage traditionnel reconnu par une instance règlementaire compétente

En favorisant l’élimination des toxines par nos organes et en régulant les sécrétions, le bouleau serait également bon pour la peau (le mauvais état de cette dernière étant dû à l’incapacité de l’organisme à éliminer les toxines).

La sève de bouleau libèrerait du salicylate, une substance analgésique.

L’écorce, les feuilles, les bourgeons et les fleurs auraient servi comme antiseptique externe et détersif.

La sève de bouleau serait un anti-inflammatoire naturel.

La sève de bouleau pourrait aider à soulager l’eczéma.

Les feuilles de bouleau permettraient d’aider à soigner les rhumatismes, l’arthrite et la goutte.

La feuille de bouleau serait un diurétique naturel, elle permettrait d’augmenter le volume des urines et aiderait au traitement des infections urinaires.

En plus de nettoyer votre corps, le bouleau entretiendrait et réparerait vos reins.

Le bouleau aiderait à limiter la prolifération spontanée de cellules.

Découvrez notre infusion bio « Détox » en capsule à base de Curcuma !

Mais qu’en pensent les instances européennes ou internationales compétentes ?

Quel est l’avis de l’Autorité européenne de sécurité alimentaire EFSA ?

Le règlement CE N°1924/2006 régit l’utilisation des allégations nutritionnelles et de santé portant sur les denrées alimentaires et a établi les procédures d’autorisation des allégations de santé sur la base de l’évaluation scientifique de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

A ce jour, les allégations de santé portant sur les plantes et préparations de plantes ne sont toujours pas réglementées, ce qui a conduit à la création de la liste des allégations « en attente » (correspondant à 2078 entrées).

En attendant que des mesures soient prises en vue de réglementer l’utilisation des allégations de santé portant sur les plantes et les préparations de plantes utilisées dans les denrées alimentaires, les allégations mises en attente ne peuvent être utilisées que conformément aux mesures transitoires prévues à l’article 28 dudit règlement sur les allégations, sous la responsabilité des exploitants du secteur alimentaire et à condition qu’elles soient conformes aux principes généraux et conditions générales dudit règlement, ainsi qu’aux dispositions nationales en vigueur qui leur sont applicables.

Article 5 du règlement CE 1924/2006 :

Il établit les conditions générales d’utilisation des allégations de santé et prévoit, entre autres, que l’utilisation d’allégations de santé n’est autorisée que si la présence d’une substance faisant l’objet de l’allégation s’est avérée avoir un effet physiologique bénéfique, tel qu’établi par des preuves scientifiques généralement admises, et que la substance se trouve dans le produit final en quantité significative, telle que définie dans la législation de l’ Union ou, en l’absence de règles en ce sens, en une quantité permettant de produire l’effet physiologique affirmé, tel qu’établi par des preuves scientifiques généralement admises.

Article 6 du règlement CE 1924/ 2006 :

Il prévoit que les autorités compétentes des Etats membres, la D.G.C.C.R.F. pour la France, peuvent demander à l’exploitant du secteur alimentaire ou au responsable de la mise sur le marché de produire tous les éléments et données pertinents attestant le respect des prescriptions dudit règlement.

Quelles allégations sur la feuille et l’écorce de Bouleau sont en attente d’un avis EFSA et d’une décision de la Commission Européenne ?

Plusieurs allégations sur le Bouleau ont été déposées et sont en attente d’un avis de l’EFSA. Les allégations en attente (pending list) sont listées par un numéro d’identification.

Il est mentionné à l’adresse internet suivante :

https://www.efsa.europa.eu/sites/default/files/topic/ndaclaims13.zip les allégations déposées pour avis EFSA et les conditions d’utilisation proposées par le demandeur (partie de la plante, mode de préparation, dosage journalier).

IMPORTANT

Attention : Regardez bien que la quantité de plante à prendre par portion et par jour pour que l’effet bien-être annoncé corresponde au mode de préparation mentionné. (infusion, extrait, poudre à avaler, ….). Des confusions sont fréquentes de la part des metteurs sur le marché d’infusions bien-être avec allégation santé.

Allégations en attente claim ID 2589 sur le Bouleau proposées par le(s) demandeur(s) :

« Utilisé pour freiner la croissance cellulaire incontrôlée »

« Utilisé pour limiter la prolifération spontanée de cellules »

Dosage : 2 g d’écorce par jour, en infusion.

Quels sont les avis des instances européennes ou internationales compétentes chargées de coordonner et d’évaluer les connaissances scientifiques en matière de phytothérapie ?

  • E.M.A. (European Medicines Agency ou Agence Européenne des médicaments)

L’EMA considère comme « traditionnel établi » l’usage du bouleau pour « augmenter le volume des urines émises afin d’effectuer un lavage des voies urinaires, comme moyen adjuvant de traitement des douleurs modérées du tractus urinaire ».

Dosage :2 à 3 g de substance végétale broyée dans 150 ml d’eau bouillante, en infusion, jusqu’à 4 fois par jour

  • La Commission E 

La Commission E du ministère de la Santé allemand reconnaît l’usage thérapeutique du bouleau et son effet « d’irrigation du tractus urinaire lors d’infections bactériennes et de calculs rénaux ; le bouleau peut également être utile dans le traitement des rhumatismes ».

Dosage : 2 à 3 g de feuilles, plusieurs fois dans la journée

  • ESCOP (European Society for Cognitive Psychology)

L’ESCOP considère que le bouleau favorise “l’irrigation des voies urinaires,  notamment lors d’inflammation et de calcul rénal, et comme traitement d’appoint des infections bactériennes urinaires ».

Dosage : 2 à 3 g de feuilles séchées, en infusion, 3 à 4 fois par jour

Découvrez notre infusion bio « Détox » en capsule à base de Curcuma !

Finalement, quel dosage minimum de Bouleau par portion et par jour est recommandé par les instances européennes compétentes ?

Après lecture des documents ci-dessus, l’allégation ID 2589 sur le Bouleau pour un effet bien-être ANTICANCER et ANTIMUTAGENE en attente d’avis de l’EFSA et de validation par la Commission Européenne mentionne une quantité minimum d’écorce de bouleau de 2 g par portion et par jour.

La monographie du Comité de l’Agence Européenne des Médicaments (HMPC) sur le Bouleau mentionne uniquement un minimum de feuilles de  2 à 3 g par portion et jusqu’à 4 fois par jour.

Ainsi, la quantité minimum de Bouleau retenue pour une préparation en infusion avec de l’écorce est de minimum 2 g par portion pour un usage traditionnel.

Sans ce minimum de plante de 2 g par portion, l’allégation santé mentionnée avec le Bouleau pour un usage traditionnel  n’est pas conforme et le metteur sur le marché ne peut pas revendiquer d’allégation santé sur son infusion ou d’effet bien-être.

Quel est le dosage maximum de Bouleau par portion et par jour recommandé par les instances européennes compétentes ?

La Monographie du Comité de l’Agence Européenne des médicaments mentionne une quantité maximum de feuille de Bouleau de 3 g de substance végétale broyée par portion jusqu’à  4 fois par jour, soit un maximum de 12 g par jour.

Quant à l’allégation ID 2589, elle ne précise aucun dosage maximum d’écorce de Bouleau.

Nous ne proposons pas d’infusions à base de Bouleau ou avec un effet bien-être ANTICANCER, ANTIMUTAGENE.

Cependant, vous pouvez découvrir notre gamme Bien-être :

Lien produit : Découvrez nos infusions Bien-être BIO

Précautions d’usage

Même si les études n’ont pas montré de toxicité pour le fœtus, il est préférable de ne pas prendre de bouleau pendant la grossesse.
Les femmes qui allaitent devraient également s’abstenir d’en consommer, les substances actives du bouleau seraient susceptibles de passer dans le lait.

L’usage du Bouleau chez les enfants de moins de 12 ans n’est pas recommandé, pour cause de manque de données.

Une hypersensibilité au pollen de bouleau contre-indique l’usage du bouleau, sous quelque forme que ce soit.

De plus, les personnes qui souffrent d’œdèmes (gonflements) liés à une maladie cardiaque ou rénale doivent s’abstenir d’utiliser le bouleau.

Sources bibliographiques

– WHO monographs on Selected medicinal plants –World Health Organization Geneva – (volumes 1, 2, 3, 4)

– The Complete German Commission E Monographs – Therapeutic Guide to Herbal Medicines – American Botanical Council – Senior Editor Mark Blumenthal

– European Scientific Cooperative On Phytotherapy Monographs – The Scientific Foundation for Herbal Medicinal Products 2nd edition, ESCOP, UK 2003

– Community Herbal Monograph of the Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC) – European Medicines Agency, EMA