CALENDULA (Calendula Officinalis)

Tout ce qu’il faut savoir sur le calendula dans vos infusions

Calendula est un petit genre de 15-20 espèces de plantes herbacées (famille des Asteraceae), probablement originaire du sud de l’Europe, on la trouve aujourd’hui dans les régions tempérées d’Eurasie et d’Afrique du Nord.

Aussi appelée « souci des jardins », la calendula est cultivée spécialement à des fins ornementales et on le trouve couramment dans les produits à base de plantes et dans les cosmétiques.

Le Calendula officinalis est une plante herbacée aromatique vivace de courte durée, qui peut atteindre 80 cm de haut.

Les calendula sont des plantes annuelles ou vivaces à tiges cireuses, lisses ou glandulaires.

Les feuilles simples oblongues-lancéolées, de 5 à 17cm de long,  peuvent être quelque peu dentées, poilues des deux côtés et sont portées alternativement le long des tiges.

Les feuilles de certaines espèces sont sans pétiole et peuvent avoir des bases de feuilles qui s’entrechoquent.

Les capitules composés, portés individuellement, sont constitués de fleurs jaunes ou orange en forme de rayons et de fleurs en forme de disque central qui peuvent être de couleur jaune, rouge ou violette.

Le fruit est un akène courbé.

Quelles seraient alors les vertus attribuées au calendula ?

Pas reconnu par une instance règlementaire compétente ou pas d’allégation de santé en attente d’une décision de la Commission Européenne

Allégation de santé en attente d’une décision de la Commission Européenne

Usage traditionnel reconnu par une instance règlementaire compétente

La Calendula aurait une action nettoyante, antibactérienne et cicatrisante et pourrait donc traiter les petites plaies (parfois même infectées), l’eczéma, le psoriasis, l’acné, les furoncles, les ulcères et les mycoses.

C’est en augmentant le flux sanguin que la calendula favoriserait le bourgeonnement et l’épidermisation qui à leur tour favoriseraient la cicatrisation…

Elle aiderait donc la peau à se régénérer.

La plante contiendrait des composés triteroéniques et des flavonoïdes qui seraient à l’origine d’action antibactérienne, anti-inflammatoire et antifongique.

La plante contiendrait des composés triteroéniques et des flavonoïdes qui seraient à l’originie d’action anti-bactérienne, anti-inflammatoire et antifongique.

Grâce à ses propriétés antibactériennes et antimicrobiennes, le Calendula aiderait à lutter contre les bactéries de la bouche et à favoriser une bonne santé bucco-dentaire.

La plante aiderait notamment à réduire l’inflammation des gencives et également à lutter contre la gingivite, les caries, la plaque dentaire, etc.

Le calendula aurait des vertus apaisantes et calmantes qui aideraient à cicatriser et nettoyer les brûlures, les coups de soleils et différents maux cutanés tels que les engelures, l’eczéma, l’acné, les petites plaies ou encore l’érythème fessier des bébés.

Elle soulagerait donc les irritations de la peau.

La plante aiderait à soulager les règles douloureuses et à réguler le cycle menstruel.

Le Calendula soulagerait les mamelons douloureux pendant l’allaitement.

Le potentiel anti-inflammatoire et antioxydant du calendula pourrait réduire le risque de crise cardiaque.

L’extrait de calendula réduirait les douleurs musculaires induites par l’exercice.

Le Calendula serait connu pour ses propriétés cicatrisantes et  sa capacité à soulager les ulcères veineux

Découvrez notre infusion bio « Circulation » à base de vignes rouges & de myrtillier Bio !

Mais qu’en pensent les instances européennes ou internationales compétentes ?

Quel est l’avis de l’Autorité européenne de sécurité alimentaire EFSA ?

Le règlement CE N°1924/2006 régit l’utilisation des allégations nutritionnelles et de santé portant sur les denrées alimentaires et a établi les procédures d’autorisation des allégations de santé sur la base de l’évaluation scientifique de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

A ce jour, les allégations de santé portant sur les plantes et préparations de plantes ne sont toujours pas réglementées, ce qui a conduit à la création de la liste des allégations « en attente » (correspondant à 2078 entrées).

En attendant que des mesures soient prises en vue de réglementer l’utilisation des allégations de santé portant sur les plantes et les préparations de plantes utilisées dans les denrées alimentaires, les allégations mises en attente ne peuvent être utilisées que conformément aux mesures transitoires prévues à l’article 28 dudit règlement sur les allégations, sous la responsabilité des exploitants du secteur alimentaire et à condition qu’elles soient conformes aux principes généraux et conditions générales dudit règlement, ainsi qu’aux dispositions nationales en vigueur qui leur sont applicables.

Article 5 du règlement CE 1924/2006 :

Il établit les conditions générales d’utilisation des allégations de santé et prévoit, entre autres, que l’utilisation d’allégations de santé n’est autorisée que si la présence d’une substance faisant l’objet de l’allégation s’est avérée avoir un effet physiologique bénéfique, tel qu’établi par des preuves scientifiques généralement admises, et que la substance se trouve dans le produit final en quantité significative, telle que définie dans la législation de l’ Union ou, en l’absence de règles en ce sens, en une quantité permettant de produire l’effet physiologique affirmé, tel qu’établi par des preuves scientifiques généralement admises.

Article 6 du règlement CE 1924/ 2006 :

Il prévoit que les autorités compétentes des Etats membres, la D.G.C.C.R.F. pour la France, peuvent demander à l’exploitant du secteur alimentaire ou au responsable de la mise sur le marché de produire tous les éléments et données pertinents attestant le respect des prescriptions dudit règlement.

Quelles allégations sur la fleur de Calendula sont en attente d’un avis EFSA et d’une décision de la Commission Européenne ?

Plusieurs allégations sur la Calendula ont été déposées et sont en attente d’un avis de l’EFSA. Les allégations en attente (pending list) sont listées par un numéro d’identification.

Il est mentionné à l’adresse internet suivante :

https://www.efsa.europa.eu/sites/default/files/topic/ndaclaims13.zip les allégations déposées pour avis EFSA et les conditions d’utilisation proposées par le demandeur (partie de la plante, mode de préparation, dosage journalier).

IMPORTANT

Attention : Regardez bien que la quantité de plante à prendre par portion et par jour pour que l’effet bien-être annoncé corresponde au mode de préparation mentionné. (infusion, extrait, poudre à avaler, ….). Des confusions sont fréquentes de la part des metteurs sur le marché d’infusions bien-être avec allégation santé.

À ce jour, pour une préparation infusion, aucune allégation santé propre à la Calendula est attente.

Quels sont les avis des instances européennes ou internationales compétentes chargées de coordonner et d’évaluer les connaissances scientifiques en matière de phytothérapie ?

  • E.M.A. (European Medicines Agency ou Agence Européenne des médicaments)

L’EMA considère comme « traditionnellement établi » l’usage local du souci pour « le traitement symptomatique des inflammations mineures de la peau (par exemple, un coup de soleil) et comme aide à la cicatrisation des petites plaies ».
Les bains de bouche et les gargarismes au calendula sont également « traditionnellement établis pour le traitement des inflammations mineures de la bouche et de la gorge ».

Dosage : 1 à 2 g de substance végétale broyée  dans 150 ml d’eau bouillante, en infusion, 2 à 4 fois par jour

  • La Commission E

La Commission E du ministère de la Santé allemand reconnaît l’usage du calendula en gargarisme « dans les inflammations des muqueuses de la bouche et du pharynx », et en usage externe « pour le traitement des plaies cicatrisant mal et des ulcères veineux ».

Dosage : 1 à 2 g de substance végétale sèche dans 150 ml d’eau, en infusion

  • OMS (Organisation Mondiale de la Santé)

L’OMS reconnaît le calendula comme « un traitement externe des plaies superficielles, des inflammations modérées de la peau et de la muqueuse orale, des blessures et des ulcères veineux ».

Dosage : 1 à 2 g de substance végétale broyée  dans 150 ml d’eau, en infusion

  • ESCOP (European Society for Cognitive Psychology)

La Coopération scientifique européenne en phytothérapie considère que le calendula est indiqué « dans le traitement symptomatique des inflammations modérées de la peau et des muqueuses, ainsi que comme une aide à la cicatrisation des petites blessures ».

Dosage : 1 à 2 g de fleurs séchées dans 150 ml d’eau, en infusion

Découvrez notre infusion bio « Circulation » à base de vignes rouges & de myrtillier Bio !

Finalement, quel dosage minimum de Calendula par portion et par jour est recommandé par les instances européennes compétentes ?

La monographie du Comité de l’Agence Européenne des Médicaments (HMPC) sur la Bourdaine ne mentionne pas de minimum de substance végétale broyée équivalente aux dérivés d’hydroxyanthracène par portion et par jour.

L’OMS, la Commission E et l’ESCOP évoquent un minimum de substance végétale broyée équivalent à 20 mg de dérivés d’hydroxyanthracène.

Aucune allégation de santé n’existe, à ce jour, pour la bourdaine seule, ainsi aucun metteur sur le marché ne peut revendiquer d’allégation santé ou d’effet bien-être sur son infusion à la Bourdaine.

Dans le cas d’une allégation santé en attente pour la bourdaine, alors le metteur sur le marché devrait respecter un minimum de plante par portion pour que l’allégation mentionnée sur son produit soit conforme.

Quel est le dosage maximum de Calendula par portion et par jour recommandé par les instances européennes compétentes ?

La Monographie du Comité de l’Agence Européenne des médicaments mentionne une quantité maximum de fleur de calendula de 2 g de substance végétale broyée par portion jusqu’à  4 fois par jour, soit un maximum de 8 g par jour.

Nous ne proposons pas d’infusions à base de Calendula.

Cependant, vous pouvez découvrir notre gamme Bien-être :

Découvrez nos infusions Bien-être BIO

Précautions d’usage

En l’absence de données, l’utilisation de la calendula n’est pas recommandée durant la grossesse et l’allaitement.

En application sur la peau, l’utilisation de calendula est déconseillée chez les enfants de moins de 6 ans.

L’utilisation de la calendula sous forme de bains de bouche et gargarisme n’est également pas recommandée chez les enfants de moins de 12 ans

Sources bibliographiques

– WHO monographs on Selected medicinal plants –World Health Organization Geneva – (volumes 1, 2, 3, 4)

– The Complete German Commission E Monographs – Therapeutic Guide to Herbal Medicines – American Botanical Council – Senior Editor Mark Blumenthal

– European Scientific Cooperative On Phytotherapy Monographs – The Scientific Foundation for Herbal Medicinal Products 2nd edition, ESCOP, UK 2003

– Community Herbal Monograph of the Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC) – European Medicines Agency, EMA