CASSIS (Ribes nigrum)

Tout ce qu’il faut savoir sur le cassis dans vos infusions

Le cassissier (Ribes nigrum, appartenant à la famille botanique des Saxigfragaceae) est l’arbuste où pousse le cassis. Il est surtout cultivé à travers l’Europe et l’Asie.
Aujourd’hui, la Pologne est l’un des plus grands producteurs de cassis au monde.

Le cassis est une baie de pulpe translucide aux tons rouges ou verts et au goût doux-amer.

Cette baie est recouverte de poils et sa pulpe contient de multiples petites graines.

Ces fruits ne sont pas détachés, ils poussent en grappes dans des arbustes ne depassant pas 1,5 m de haut.

Les cassissiers se trouvent dans les endroits frais et humides des zones montagneuses, principalement dans les forêts, les haies qui poussent le long des quais des rivières et les hautes prairies de l’hémisphère nord qui ne sont pas situées au sud.

Ces arbustes ont de multiples branches dressées, avec une écorce lisse et claire dans les périodes de jeunesse et rugueuse et sombre par la suite.

Les feuilles forment des grappes alternées, d’environ 10 cm, plus grandes et plus foncées que celles de la groseille. Les feuilles fraîches du cassissier ont un arôme parfumé.

Les fleurs pentamères ont un calice couronné, contenant les pétales, qui sont réunis ; elles sont blanches et ont parfois un bord violet. Dans l’hémisphère Nord, les fleurs fleurissent en avril-mai.

Le fruit est petit, de couleur noir-bleu et de forme sphérique, avec un goût intense lorsqu’il est complètement mûr.

Le cassissier est bien adapté aux conditions climatiques et terrestres difficiles. Il est très résistant au froid ; la neige ou les gelées précoces ne nuisent pas au rendement de la plante.

Quelles seraient alors les vertus attribuées au cassis ?

Pas reconnu par une instance règlementaire compétente ou pas d’allégation de santé en attente d’une décision de la Commission Européenne

Allégation de santé en attente d’une décision de la Commission Européenne

Usage traditionnel reconnu par une instance règlementaire compétente

Les flavonoïdes contenus dans le Cassis auraient une action anti-inflammatoire qui permettrait de soulager les douleurs articulaires et rhumatismales, l’arthrite et la goutte.

Le cassis augmenterait la quantité d’urine afin d’obtenir un rinçage des voies urinaires et aiderait donc à traiter les problèmes urinaires mineurs.

L’extrait du fruit aurait des propriétés antivirales et aiderait notamment à lutter contre la grippe et l’herpès.

Les baies de cassis seraient particulièrement riches en vitamine C, et permettraient ainsi d’aider au traitement de la diarrhée.


Les baies de cassis seraient riches en vitamine C, anthocyanes, flavonoïdes et tanins qui ont un effet antioxydant et freineraient le processus de dégénérescence des cellules.
Le cassis se montrerait donc efficace contre les radicaux libres qui s’attaquent à notre organisme et aux tissus et cellules.

Les effets antioxydants et anti-inflammatoires des baies de cassis donneraient à ce fruit une propriété neuroprotectrice.

Puissant diurétique et détoxifiant, le cassis serait un allié pour la perte de poids (en complément de mesures diététiques).

Le cassis ayant des propriétés antibactériennes, anti-inflammatoires et antioxydantes, il pourrait aider l’organisme à lutter contre les problèmes de peau, tels que le psoriasis, l’eczéma et la dermatite.
De plus, les graines de cassis aideraient à nourrir la peau.

Grâce à leur richesse en flavonoïdes, les feuilles de cassis aident au bon fonctionnement des muscles et des articulations. Elles favorisent leur souplesse et facilitent les mouvements.

Les feuilles de cassis auraient des propriétés calmantes.
Ainsi, en gargarismes, une préparation aux feuilles de cassis pourrait permettre de soigner les aphtes et des inflammations de la gorge tels que les enrouements et les maux de gorge.

Découvrez notre infusion bio « Circulation » à base de vignes rouges & de myrtillier Bio !

Mais qu’en pensent les instances européennes ou internationales compétentes ?

Quel est l’avis de l’Autorité européenne de sécurité alimentaire EFSA ?

Le règlement CE N°1924/2006 régit l’utilisation des allégations nutritionnelles et de santé portant sur les denrées alimentaires et a établi les procédures d’autorisation des allégations de santé sur la base de l’évaluation scientifique de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

A ce jour, les allégations de santé portant sur les plantes et préparations de plantes ne sont toujours pas réglementées, ce qui a conduit à la création de la liste des allégations « en attente » (correspondant à 2078 entrées).

En attendant que des mesures soient prises en vue de réglementer l’utilisation des allégations de santé portant sur les plantes et les préparations de plantes utilisées dans les denrées alimentaires, les allégations mises en attente ne peuvent être utilisées que conformément aux mesures transitoires prévues à l’article 28 dudit règlement sur les allégations, sous la responsabilité des exploitants du secteur alimentaire et à condition qu’elles soient conformes aux principes généraux et conditions générales dudit règlement, ainsi qu’aux dispositions nationales en vigueur qui leur sont applicables.

Article 5 du règlement CE 1924/2006 :

Il établit les conditions générales d’utilisation des allégations de santé et prévoit, entre autres, que l’utilisation d’allégations de santé n’est autorisée que si la présence d’une substance faisant l’objet de l’allégation s’est avérée avoir un effet physiologique bénéfique, tel qu’établi par des preuves scientifiques généralement admises, et que la substance se trouve dans le produit final en quantité significative, telle que définie dans la législation de l’ Union ou, en l’absence de règles en ce sens, en une quantité permettant de produire l’effet physiologique affirmé, tel qu’établi par des preuves scientifiques généralement admises.

Article 6 du règlement CE 1924/ 2006 :

Il prévoit que les autorités compétentes des Etats membres, la D.G.C.C.R.F. pour la France, peuvent demander à l’exploitant du secteur alimentaire ou au responsable de la mise sur le marché de produire tous les éléments et données pertinents attestant le respect des prescriptions dudit règlement.

Quelles allégations sur la feuille de Cassis sont en attente d’un avis EFSA et d’une décision de la Commission Européenne ?

Plusieurs allégations sur le cassis ont été déposées et sont en attente d’un avis de l’EFSA. Les allégations en attente (pending list) sont listées par un numéro d’identification.

Il est mentionné à l’adresse internet suivante :

https://www.efsa.europa.eu/sites/default/files/topic/ndaclaims13.zip les allégations déposées pour avis EFSA et les conditions d’utilisation proposées par le demandeur (partie de la plante, mode de préparation, dosage journalier).

IMPORTANT

Attention : Regardez bien que la quantité de plante à prendre par portion et par jour pour que l’effet bien-être annoncé corresponde au mode de préparation mentionné. (infusion, extrait, poudre à avaler, ….). Des confusions sont fréquentes de la part des metteurs sur le marché d’infusions bien-être avec allégation santé.

Allégations en attente claim ID 2126 sur le Cassis proposées par le(s) demandeur(s) :

« Utilisé pour contribuer au bon fonctionnement des muscles et des articulations »

« Utilisé pour assouplir les articulations »

« Utilisé comme adjuvant dans le traitement des douleurs dues aux rhumatismes »

Dosage :

  • 2 à 4 g de feuilles coupées en infusion dans une tasse, plusieurs fois dans la journée
  • Ou 250 à 500 ml d’infusion par jour (20 g à 50 g par litre)

Quels sont les avis des instances européennes ou internationales compétentes chargées de coordonner et d’évaluer les connaissances scientifiques en matière de phytothérapie ?

  • E.M.A. (European Medicines Agency ou Agence Européenne des médicaments)

L’EMA reconnaît comme « traditionnel » l’usage du cassis pour soulager les douleurs articulaires mineures.
L’EMA reconnaît également l’usage traditionnel du cassis pour augmenter la quantité d’urine afin d’obtenir un rinçage des voies urinaires comme adjuvant dans les plaintes urinaires mineures.

Dosage : 2 à 4 g de substance végétale broyée dans 200 ml d’eau bouillante, en infusion, 3 fois par jour. Soit au total, pour une préparation en infusion, 6 à 12 g de substance végétale broyée par jour

  • La Commission E

En 1998, La commission E en Allemagne a admis l’usage traditionnel des feuilles de cassis pour soulager « la diarrhée aigüe et l’inflammation de la bouche ou de la gorge. »

Dosage : 1 à 2 g de substance végétale sèche dans 150 ml d’eau, en infusion

  • ESCOP (European Society for Cognitive Psychology)

L’ESCOP reconnaît l’usage des feuilles de cassis comme adjuvant pour soulager les douleurs dues à des rhumatismes.

Dosage : Pour une préparation en infusion, 20 à 50 g de feuilles déchées par litre d’eau, laisser infuser 15 minutes

Découvrez notre infusion bio « Circulation » à base de vignes rouges & de myrtillier Bio !

Finalement, quel dosage minimum de Cassis par portion et par jour est recommandé par les instances européennes compétentes ?

Après lecture des documents ci-dessus, l’allégation ID 2126 sur le Cassis pour un effet bien-être ARTICULATION en attente d’avis de l’EFSA et de validation par la Commission Européenne mentionne une quantité minimum de feuille de Cassis de 2 à 4 g par portion et plusieurs fois par jour (2 fois minimum).

La monographie du Comité de l’Agence Européenne des Médicaments (HMPC) sur le Cassis mentionne un minimum de 2 à 4 g de substance végétale broyée par portion et 3 fois par jour.

Ainsi, la quantité minimum de Cassis retenue pour une préparation en infusion est de minimum 4 g par portion pour un usage traditionnel.

Sans ce minimum de plante de 4 g par portion, l’allégation santé mentionnée avec le Cassis pour un usage traditionnel n’est pas conforme et le metteur sur le marché ne peut pas revendiquer d’allégation santé sur son infusion ou d’effet bien-être.

Quel est le dosage maximum de Cassis par portion et par jour recommandé par les instances européennes compétentes ?

La Monographie du Comité de l’Agence Européenne des médicaments mentionne une quantité maximum de feuille de Cassis de 4 g de substance végétale broyée par portion jusqu’à  3 fois par jour, soit un maximum de 12 g par jour.

Nous ne proposons pas d’infusion à base de Cassis.

Cependant, vous pouvez découvrir notre gamme Bien-être :

Découvrez nos infusions Bien-être BIO

Précautions d’usage

L’utilisation chez les enfants et les adolescents de moins de 18 ans n’a pas été établie en raison du manque de données adéquates.

Si les symptômes s’aggravent pendant l’utilisation du médicament, il convient de consulter un médecin ou un professionnel de la santé qualifié.

Les douleurs articulaires accompagnées d’un gonflement des articulations, de rougeurs ou de fièvre, doivent être examinées par un médecin.

Pour assurer une augmentation de la quantité d’urine, un apport adéquat de liquide est nécessaire pendant le traitement.

En l’absence de données, l’utilisation du cassis pendant la grossesse et l’allaitement n’est pas recommandée.

Sources bibliographiques

– WHO monographs on Selected medicinal plants –World Health Organization Geneva – (volumes 1, 2, 3, 4)

– The Complete German Commission E Monographs – Therapeutic Guide to Herbal Medicines – American Botanical Council – Senior Editor Mark Blumenthal

– European Scientific Cooperative On Phytotherapy Monographs – The Scientific Foundation for Herbal Medicinal Products 2nd edition, ESCOP, UK 2003

– Community Herbal Monograph of the Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC) – European Medicines Agency, EMA