CHARDON-MARIE (Silybum marianum)

Tout ce qu’il faut savoir sur le chardon-marie dans vos infusions

Le chardon-Marie est une plante annuelle ou bisannuelle qui peut atteindre 1,5 mètre de hauteur.

Le chardon-Marie est originaire de la région méditerranéenne et se trouve de la péninsule ibérique au sud de la Russie, ainsi qu’en Afrique du Nord et en Asie mineure. Il a été introduit en Amérique du Nord et du Sud ainsi qu’en Australie méridionale.  On le trouve parfois à l’état sauvage en Europe centrale.

Le chardon-Marie préfère les falaises de pierre sèche et ensoleillées, les bords de chemins, les décharges et les pâturages.

Ses feuilles vertes brillantes, veinées de blanc et à lobes sinueux sont dentelées sur les bords.

Des touffes de fleurs tubulaires rouges-violettes reposent sur les tiges apicales ramifiées dans des feuilles à l’enveloppe épineuse et fortement recourbées.

Ses fruits à la coque dure, brun clair à brun foncé, en forme d’œuf, portent des touffes de poils soyeux et blancs qui tombent facilement. Le Chardon-Marie fleurit de juin à septembre.

L’herbe elle-même et ses graines séchées sont utilisées à des fins médicinales. Les fruits sont récoltés en août ou en septembre, juste avant leur pleine maturité

Quelles seraient alors les vertus attribuées au chardon-marie ?

Pas reconnu par une instance règlementaire compétente ou pas d’allégation de santé en attente d’une décision de la Commission Européenne

Allégation de santé en attente d’une décision de la Commission Européenne

Usage traditionnel reconnu par une instance règlementaire compétente

Le Chardon-Marie réduirait les dommages causés au foie par les radicaux libres, qui sont produits lorsque le foie métabolise des substances toxiques ou toxines dues aux médicaments, à l’alcool, aux produits d’entretien, aux piqûres d’insectes ou au venin

Le Chardon-Marie est utilisé comme remède traditionnel, depuis plus de 2000 ans, pour les affections neurologiques comme les maladies d’Alzheimer et de Parkinson. Le Chardon-Marie pourrait avoir un effet neuroprotecteur.

Elle aiderait à lutter contre l’ostéoporose, perte osseuse progressive.
Le chardon-Marie pourrait être une thérapie utile pour prévenir ou retarder la perte osseuse chez les femmes ménopausées.

Le Chardon-Marie stimulerait la production de lait maternel chez les femmes qui allaitent, il augmenterait la production de prolactine, hormone productrice de lait.

En raison de ses effets antioxydants et anti-inflammatoires, le chardon-Marie peut être un complément utile pour les personnes souffrant d’acné, il pourrait notamment aider à la diminution des lésions d’acné.

La silymarine présente dans le Chardon-Marie aiderait à améliorer la sensibilité à l’insuline et à diminuer le taux de sucre dans le sang. Ainsi, le Chardon-Marie pourrait être une aide pour les personnes diabétiques.

Le Chardon-Marie aiderait à soulager les troubles digestifs, et à traiter les symptômes de la dyspepsie

Le Chardon-Marie aiderait à réguler la production de bile et agirait pour la prévention et le traitement des calculs biliaires et des ictères.

Découvrez notre infusion bio « Digestion » à base de Menthe poivrée, fenouil & mélisse Bio !

Mais qu’en pensent les instances européennes ou internationales compétentes ?

Quel est l’avis de l’Autorité européenne de sécurité alimentaire EFSA ?

Le règlement CE N°1924/2006 régit l’utilisation des allégations nutritionnelles et de santé portant sur les denrées alimentaires et a établi les procédures d’autorisation des allégations de santé sur la base de l’évaluation scientifique de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

A ce jour, les allégations de santé portant sur les plantes et préparations de plantes ne sont toujours pas réglementées, ce qui a conduit à la création de la liste des allégations « en attente » (correspondant à 2078 entrées).

En attendant que des mesures soient prises en vue de réglementer l’utilisation des allégations de santé portant sur les plantes et les préparations de plantes utilisées dans les denrées alimentaires, les allégations mises en attente ne peuvent être utilisées que conformément aux mesures transitoires prévues à l’article 28 dudit règlement sur les allégations, sous la responsabilité des exploitants du secteur alimentaire et à condition qu’elles soient conformes aux principes généraux et conditions générales dudit règlement, ainsi qu’aux dispositions nationales en vigueur qui leur sont applicables.

Article 5 du règlement CE 1924/2006 :

Il établit les conditions générales d’utilisation des allégations de santé et prévoit, entre autres, que l’utilisation d’allégations de santé n’est autorisée que si la présence d’une substance faisant l’objet de l’allégation s’est avérée avoir un effet physiologique bénéfique, tel qu’établi par des preuves scientifiques généralement admises, et que la substance se trouve dans le produit final en quantité significative, telle que définie dans la législation de l’ Union ou, en l’absence de règles en ce sens, en une quantité permettant de produire l’effet physiologique affirmé, tel qu’établi par des preuves scientifiques généralement admises.

Article 6 du règlement CE 1924/ 2006 :

Il prévoit que les autorités compétentes des Etats membres, la D.G.C.C.R.F. pour la France, peuvent demander à l’exploitant du secteur alimentaire ou au responsable de la mise sur le marché de produire tous les éléments et données pertinents attestant le respect des prescriptions dudit règlement.

Quelles allégations sur le fruit du Chardon-Marie sont en attente d’un avis EFSA et d’une décision de la Commission Européenne ?

À ce jour, il n’existe pas d’allégations en attente d’un avis de l’EFSA concernant le Chardon-Marie pour une préparation en infusion.

Les allégations en attente (pending list) sont listées par un numéro d’identification.

Il est mentionné à l’adresse internet suivante :

https://www.efsa.europa.eu/sites/default/files/topic/ndaclaims13.zip les allégations déposées pour avis EFSA et les conditions d’utilisation proposées par le demandeur (partie de la plante, mode de préparation, dosage journalier).

IMPORTANT

Attention : Regardez bien que la quantité de plante à prendre par portion et par jour pour que l’effet bien-être annoncé corresponde au mode de préparation mentionné. (infusion, extrait, poudre à avaler, ….). Des confusions sont fréquentes de la part des metteurs sur le marché d’infusions bien-être avec allégation santé.

Quels sont les avis des instances européennes ou internationales compétentes chargées de coordonner et d’évaluer les connaissances scientifiques en matière de phytothérapie ?

  • E.M.A. (European Medicines Agency ou Agence Européenne des médicaments)

L’EMA reconnaît comme « traditionnel » l’usage du Chardon-Marie pour soulager les symptômes « des troubles digestifs, de la sensation de satiété et de l’indigestion et pour soutenir la fonction hépatique, après que des affections graves aient été exclues par un médecin »;

Dosage :
– Pour une préparation en infusion, 3 à 5 g de substance végétale broyée dans 100 ml d’eau bouillante, 2 à 3 fois par jour, avant les repas.
– Pour une préparation en infusion, 300 mg à 600 mg de substance végétale en poudre, 2 à 3 fois par jour, avant les repas.

  • OMS (Organisation Mondiale de la Santé)

L’OMS reconnaît comme « cliniquement validé » l’usage d’extraits standardisés de chardon-Marie comme « traitement complémentaire des hépatites aiguës et chroniques provoquées par l’abus d’alcool, de certains médicaments et de substances toxiques ». Elle considère comme « traditionnel » l’usage des fruits séchés dans le « traitement des troubles digestifs et des calculs biliaires ».

  • La Commission E en Allemagne

La Commission E du ministère de la santé allemand reconnaît l’usage des fruits de chardon-Marie dans le « traitement des troubles digestifs » et l’usage des extraits pour «le traitement complémentaire des hépatites chroniques et de la cirrhose hépatique ».

Découvrez notre infusion bio « Digestion » à base de Menthe poivrée, fenouil & mélisse Bio !

Finalement, quel dosage minimum du Chardon-Marie par portion et par jour est recommandé par les instances européennes compétentes ?

La monographie du Comité de l’Agence Européenne des Médicaments (HMPC) sur le Chardon-Marie mentionne un minimum de 3 à 5 g de substance végétale broyée par portion et 2 à 3 fois par jour.

Ainsi, selon les indications de l’EMA, la quantité minimum de Chardon-Marie retenue pour une préparation en infusion est de minimum 6 g par portion pour un usage traditionnel.

Aucune allégation santé n’est, à ce jour, en attente  d’un avis de l’EFSA pour une  préparation en infusion de Chardon-Marie, aucun metteur sur le marché ne peut donc revendiquer d’allégation santé sur une infusion à base de Chardon-Marie.

Quel est le dosage maximum du Chardon-Marie par portion et par jour recommandé par les instances européennes compétentes ?

La Monographie du Comité de l’Agence Européenne des médicaments mentionne une quantité maximum de fruits de Chardon-Marie de 5 g de substance végétale broyée par portion jusqu’à  3 fois par jour, soit un maximum de 15 g par jour.

Nous ne proposons pas de thé ou tisane à base de Chardon-Marie.

Cependant, vous pouvez découvrir notre gamme Bien-être :

Lien produit : Découvrez nos infusions Bien-être BIO

 

Précautions d’usage

La consommation du Chardon-Marie est déconseillée chez les personnes qui souffrent d’une crise aiguë d’obstruction des voies biliaires.

Selon l’OMS, les femmes enceintes et celles qui allaitent ne devraient pas prendre de produits à base de Chardon-Marie (même si ce dernier était autrefois utilisé pour favoriser la montée de lait).

L’usage du Chardon-Marie chez les personnes de moins de 18 ans est également déconseillé par l’OMS et l’EMA.

Sources bibliographiques

– WHO monographs on Selected medicinal plants –World Health Organization Geneva – (volumes 1, 2, 3, 4)

– The Complete German Commission E Monographs – Therapeutic Guide to Herbal Medicines – American Botanical Council – Senior Editor Mark Blumenthal

– European Scientific Cooperative On Phytotherapy Monographs – The Scientific Foundation for Herbal Medicinal Products 2nd edition, ESCOP, UK 2003

– Community Herbal Monograph of the Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC) – European Medicines Agency, EMA

© Graaltea - 2021 -