ECHINACÉES (Echinacea purpurea / Echinacea angustifolia / Echinacea pallida)

Tout ce qu’il faut savoir sur l’échinacée dans vos infusions

L’échinacée, genre de la famille des Asteraceae, est une plante vivace originaire d’Amérique du Nord qui comprend 9 espèces de plantes. Elle est cultivée aux États-Unis et en Europe pour être utilisée en médecine complémentaire et alternative, en compléments alimentaires par exemple, notamment les trois espèces : Echinacea angusifolia, E. purpurea et E. pallida.

Les plantes vivaces à fleurs violettes du genre Echinacea sont souvent cultivées comme plantes de bordure. Elles ont des racines noires à forte odeur, des tiges poilues et des feuilles basales sur de longs pétioles.

L’échinacée est une herbe vivace aux feuilles fines et rugueuses disposées à l’opposé les unes des autres sur une tige qui atteint une hauteur d’environ 45 cm et produit une seule grande fleur violacée.

Les parties aériennes de la plante et les racines sont utilisées dans les compléments alimentaires.

Les feuilles fraîches sont pressées et le jus qui en résulte est utilisé dans des extraits ou des teintures, ou il est combiné avec d’autres ingrédients pour en faire une pâte qui peut être appliquée sur la peau.

Les feuilles et les racines séchées sont des fleurs d’échinacée, également appelées fleurs de conifères violets.

Quelles seraient alors les vertus attribuées à l’échinacée ?

Pas reconnu par une instance règlementaire compétente ou pas d’allégation de santé en attente d’une décision de la Commission Européenne

Allégation de santé en attente d’une décision de la Commission Européenne

Usage traditionnel reconnu par une instance règlementaire compétente

L’Echinacée serait efficace pour réduire la durée des symptômes de la grippe.

L’Echinacée réduirait les risques d’attraper un rhume et en réduirait la durée.

L’Echinea purpurea aiderait à contrôler la glycémie, ce qui permettrait d’éviter l’hypo et l’hyperglycémie. Ainsi cette plante pourrait s’avérer intéressante pour les diabétiques.

L’échinacée contient des antioxydants qui aideraient à détruire les toxines qui endommagent prématurément les cellules de notre corps.

Les extraits d’échinacée aideraient à ralentir la croissance des cellules tumorales malveillantes, et bloqueraient ainsi la propagation du cancer.
L’échinacée pourrait aussi aider à contrer les effets secondaires des traitements contre le cancer.

La plante aiderait à limiter les effets physiques de nos peurs et pourrait ainsi aider à se sentir plus calme.

L’échinacée contient des composés anti-inflammatoires et antioxydants qui aideraient à réduire la pression sanguine. De plus, l’échinacée permettrait de contrôler l’anxiété qui est un facteur de l’hypertension artérielle

Les composés biologiquement actifs de l’échinacée agiraient sur l’organisme pour limiter la réaction inflammatoire. Cela contribuerait à la guérison et au soulagement de nombreux problèmes liés à l’inflammation.

Elle aiderait à soigner les taches et boutons liés à l’acné légère.

La plante possèderait des propriétés cicatrisantes

Les échinacées sont connues pour leur potentielle action immunostimulante. En renforçant le système immunitaire, elles aideraient à soulager les infections urinaires

En stimulant le système immunitaire, l’échinacée aiderait à neutraliser les bactéries impliquées dans les infections respiratoires.

Découvrez notre infusion bio « Circulation » à base de vignes rouges & de myrtillier Bio !

Mais qu’en pensent les instances européennes ou internationales compétentes ?

Quel est l’avis de l’Autorité européenne de sécurité alimentaire EFSA ?

Le règlement CE N°1924/2006 régit l’utilisation des allégations nutritionnelles et de santé portant sur les denrées alimentaires et a établi les procédures d’autorisation des allégations de santé sur la base de l’évaluation scientifique de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

A ce jour, les allégations de santé portant sur les plantes et préparations de plantes ne sont toujours pas réglementées, ce qui a conduit à la création de la liste des allégations « en attente » (correspondant à 2078 entrées).

En attendant que des mesures soient prises en vue de réglementer l’utilisation des allégations de santé portant sur les plantes et les préparations de plantes utilisées dans les denrées alimentaires, les allégations mises en attente ne peuvent être utilisées que conformément aux mesures transitoires prévues à l’article 28 dudit règlement sur les allégations, sous la responsabilité des exploitants du secteur alimentaire et à condition qu’elles soient conformes aux principes généraux et conditions générales dudit règlement, ainsi qu’aux dispositions nationales en vigueur qui leur sont applicables.

Article 5 du règlement CE 1924/2006 :

Il établit les conditions générales d’utilisation des allégations de santé et prévoit, entre autres, que l’utilisation d’allégations de santé n’est autorisée que si la présence d’une substance faisant l’objet de l’allégation s’est avérée avoir un effet physiologique bénéfique, tel qu’établi par des preuves scientifiques généralement admises, et que la substance se trouve dans le produit final en quantité significative, telle que définie dans la législation de l’ Union ou, en l’absence de règles en ce sens, en une quantité permettant de produire l’effet physiologique affirmé, tel qu’établi par des preuves scientifiques généralement admises.

Article 6 du règlement CE 1924/ 2006 :

Il prévoit que les autorités compétentes des Etats membres, la D.G.C.C.R.F. pour la France, peuvent demander à l’exploitant du secteur alimentaire ou au responsable de la mise sur le marché de produire tous les éléments et données pertinents attestant le respect des prescriptions dudit règlement.

Quelles allégations sur ’Echinacée sont en attente d’un avis EFSA et d’une décision de la Commission Européenne ?

À ce jour, il n’existe pas d’allégations en attente d’un avis de l’EFSA concernant l’Echinacée, pour une préparation en infusion.

Les allégations en attente (pending list) sont listées par un numéro d’identification.

Il est mentionné à l’adresse internet suivante :

https://www.efsa.europa.eu/sites/default/files/topic/ndaclaims13.zip les allégations déposées pour avis EFSA et les conditions d’utilisation proposées par le demandeur (partie de la plante, mode de préparation, dosage journalier).

IMPORTANT

Attention : Regardez bien que la quantité de plante à prendre par portion et par jour pour que l’effet bien-être annoncé corresponde au mode de préparation mentionné. (infusion, extrait, poudre à avaler, ….). Des confusions sont fréquentes de la part des metteurs sur le marché d’infusions bien-être avec allégation santé.

Les allégations en attente d’avis de l’EFSA dont le mode de préparation n’est pas une infusion n’ont pas été retenues car nous étudions volontairement que les plantes préparées en infusion

Quels sont les avis des instances européennes ou internationales compétentes chargées de coordonner et d’évaluer les connaissances scientifiques en matière de phytothérapie ?

  • E.M.A. (European Medicines Agency ou Agence Européenne des médicaments)

L’EMA considère comme « traditionnellement établi » l’usage de la racine d’échinacée pourpre (E.purpurea) ou de l’échinacée à feuilles étroites (E.angustifolia) dans le « traitement des rhumes ». Quant à l’usage de la racine d’échinacée pourpre sur la peau, il est reconnu pour « le soin des taches et des boutons liés à l’acné légère ».

Dosage :
Echinacea purpurea : 10 à 20 g  sur 100g d’extrait de jus ou une quantité équivalente d’extrait de jus séché. Appliquer en pommade 2 à 3 fois par jour sur la zone affectée
–  Echinacea angustifolia :
Pour une préparation de thé: 1 g de substance végétale broyée dans 150 ml d’eau sous forme de decoction, 3 fois par jour.
Ou 250 à 500 mg, jusqu’à 3 fois par jour
.- Echinacea pallida: 90 à 96 mg d’extraits

  • OMS (Organisation Mondiale de la Santé)

L’OMS reconnaît l’usage traditionnel de la racine d’Echinacea angustifolia ainsi que des feuilles et fleurs d’E. purpurea « dans le traitement des rhumes et des infections des voies respiratoires supérieures, du fait de leur action immunostimulante », mais également « dans le traitement des infections urinaires » et, pour E. purpurea, « dans l’amélioration de la cicatrisation des plaies et le traitement des inflammations cutanées.

Dosage :
Echinacea purpurea : 6 à 9 ml d’extraits de jus
Echinacea angustifolia: 1 g de substance végétale en poudre dans 150 ml d’eau chaude, laisser 10 minutes, filtrer, le boire 3 fois par jour, entre les repas

  • La Commission Européenne en Allemagne

La Commission Européenne du ministère de la santé allemand reconnaît l’usage d’Echinacea purpurea comme « traitement de soutien contre les rhumes, ainsi que contre les infections des voies respiratoires et des voies urinaires basses », et localement « sur les plaies cicatrisant mal ou les ulcérations chroniques ».

Dosage :
Echinacea purpurea : 6 à 9 ml d’extraits de jus
Echinacea pallida : Teinture correspondant à 900 mg de substance végétale

  • ESCOP (Coopération scientifique européenne en phytothérapie)

L’ESCOP considère que les échinacées sont « une thérapie complémentaire et préventive des infections respiratoires récidivantes ainsi que des infections des voies urinaires ». Sur la peau, son usage est reconnu « comme complément dans le traitement des plaies superficielles ».

Dosage :
Echinacea pallida : Extraits correspondant à 900 mg de médicaments bruts
Echinacea angustifolia: 3 fois 1 ml d’extraits

  • NIH (National Institutes of Health)

Les Instituts nationaux de la santé américains considèrent qu’aucun usage des échinacées n’a été prouvé de manière convaincante, mais que les résultats obtenus suggèrent de mener des études supplémentaires dans le domaine de la prévention des infections respiratoires saisonnières (rhume, rhinopharyngite, etc.).

Découvrez notre infusion bio « Circulation » à base de vignes rouges & de myrtillier Bio !

Finalement, quel dosage minimum du d’Echinacée par portion et par jour est recommandé par les instances européennes compétentes ?

La monographie du Comité de l’Agence Européenne des Médicaments (HMPC) sur l’Echinacée mentionne un minimum de 1 g de substance végétale broyée par portion et 3 fois par jour.

Ainsi, la quantité minimum d’Echinacée retenue pour une préparation en infusion est de minimum 3 g par portion pour un usage traditionnel.

Aucune allégation santé n’est, à ce jour, en attente  d’un avis de l’EFSA pour une  préparation en infusion d’Echinacée, aucun metteur sur le marché ne peut donc revendiquer d’allégation santé sur une infusion à base d’Echinacée.

Quel est le dosage maximum du d’Echinacée par portion et par jour recommandé par les instances européennes compétentes ?

La Monographie du Comité de l’Agence Européenne des médicaments ne mentionne pas de quantité maximum d’Echinacée.

Nous ne proposons pas de thé ou tisane à base d’Echinacées.

Cependant, vous pouvez découvrir notre gamme Bien-être :

Découvrez nos infusions Bien-être BIO

Précautions d’usage

L’utilisation de préparations à base d’échinacées est contre-indiquée chez les enfants de moins de 12 mois, mais aussi déconseillée chez les enfants de moins de 12 ans.

Il est conseillé aux femmes qui allaitent de s’abstenir de consommer de l’échinacée car les substances actives sont susceptibles de passer dans le lait.

L’utilisation d’échinacées n’est également pas recommandée pendant la grossesse.

Il est conseillé aux personnes diabétiques d’utiliser les échinacées avec prudence, en contrôlant soigneusement leur glycémie.

L’utilisation d’échinacées est contre-indiquée chez les personnes souffrant de tuberculose, de sclérose en plaques, de maladies auto-immunes, d’immunodéficience, d’immunosuppression ou de troubles sanguins car les échinacées ont des propriétés immunostimulantes in vitro.

Sources bibliographiques

– WHO monographs on Selected medicinal plants –World Health Organization Geneva – (volumes 1, 2, 3, 4)

– The Complete German Commission E Monographs – Therapeutic Guide to Herbal Medicines – American Botanical Council – Senior Editor Mark Blumenthal

– European Scientific Cooperative On Phytotherapy Monographs – The Scientific Foundation for Herbal Medicinal Products 2nd edition, ESCOP, UK 2003

– Community Herbal Monograph of the Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC) – European Medicines Agency, EMA