Pissenlit (Taraxacum officinale)

Tout ce qu’il faut savoir sur le pissenlit dans vos infusions

Le Pissenlit est une herbe vivace du genre Taraxacum de la famille des Asteraceae, l’espèce la plus connue est la Taraxacum officinale.

Cette herbe aime le soleil et est originaire de Grèce. Elle est naturalisée dans les régions tempérées du monde entier, et est connue de presque tout le monde. Le pissenlit pousse librement partout où il peut trouver un peu de terre et une place au soleil.

Le pissenlit se distingue d’autres herbes d’aspect similaire par ses tiges florales creuses et sans feuilles qui contiennent un liquide blanc laiteux amer que l’on trouve également dans la racine et les feuilles.

Les feuilles de pissenlit sont de couleur vert foncé, avec des bords irréguliers et profondément dentelés, elles ont une nervure centrale glabre caractéristique.

Les feuilles sont disposées en rosette et peuvent atteindre 45,7 cm de long.

Les fleurs de pissenlit sont singulières et rondes, avec des pétales compacts de couleur jaune d’or. Elles fleurissent du début du printemps jusqu’en automne, au sommet de tiges creuses pouvant atteindre 20,3 cm de hauteur.

Après la floraison, le pissenlit développe une grappe ronde d’akènes, ou casiers à graines. Jusqu’à 200 de ces akènes étroits, chacun contenant une seule graine, forment la boule de poils caractéristique. Chaque akène est surmonté d’une touffe blanche et plumeuse qui le transporte dans la brise.

La racine pivotante du pissenlit peut s’engraisser et atteindre une profondeur de 45,7 cm dans un sol meuble (souple). La racine possède de nombreuses radicelles poilues.

Le pissenlit est une herbe résistante et repousse à partir des parties de la racine laissées dans le sol pendant la récolte.

Le nom anglais « Dandelion » du pissenlit est dérivé du français « dent de lion », une référence aux bords irréguliers et déchiquetés des feuilles en forme de lance.

Les qualités nutritives et médicinales du pissenlit sont connues depuis des siècles.

Quelles seraient alors les vertus attribuées au pissenlit ?

Pas reconnu par une instance règlementaire compétente ou pas d’allégation de santé en attente d’une décision de la Commission Européenne

Allégation de santé en attente d’une décision de la Commission Européenne

Usage traditionnel reconnu par une instance règlementaire compétente

La médecine traditionnelle à base de plantes utiliserait le pissenlit pour traiter la constipation et d’autres troubles légers de la digestion comme la sensation de plénitude abdominale, les flatulences ou la digestion lente.

Le pissenlit serait riche en antioxydants (polyphénols et bêta-carotènes) qui aideraient à neutraliser ou à prévenir les effets négatifs des radicaux libres dans l’organisme.
Le pissenlit aiderait ainsi à maintenir notre corps en bonne santé.

La chicorée et l’acide chlorogénique sont deux composés bioactifs du pissenlit. Ils se trouveraient dans toutes les parties de la plante et pourraient contribuer à réduire la glycémie.

Ces composés amélioreraient la sécrétion d’insuline par le pancréas tout en améliorant l’absorption du glucose (sucre) dans les tissus musculaires.

Le pissenlit permettrait donc une amélioration de la sensibilité à l’insuline et une réduction du taux de sucre dans le sang.

Les constituants amers du pissenlit augmenteraient l’écoulement de la bile, et agiraient comme un stimulant de l’appétit permettant alors de lutter contre la perte d’appétit temporaire.

La racine de pissenlit stimulerait la sécrétion de bile et favoriserait son élimination, elle aiderait ainsi à la prévention de calculs rénaux et lutterait contre les problèmes de vésicule biliaire et de foie.

L’extrait de pissenlit permettrait de réduire le niveau de cholestérol et de triglycérides et diminuerait ainsi le risque de maladie cardiaque.

La feuille de pissenlit serait un diurétique. Elle augmenterait la quantité d’urines, permettrait ainsi un rinçage des voies urinaires qui empêcherait les bactéries de se fixer aux parois de la vessie.

Le pissenlit aiderait donc à combattre les infections urinaires, mais aussi les calculs rénaux et la rétention d’eau car il agirait également sur les reins et stimulerait l’élimination de l’eau.

Le pissenlit contiendrait du potassium, un minéral associé à une baisse de la pression artérielle chez les personnes dont la tension artérielle est élevée.

Ainsi, le pissenlit pourrait avoir un effet indirect sur la tension artérielle en raison de sa teneur en potassium.

Certains des composants nutritionnels du pissenlit contribueraient au maintien d’os solides et sains.

Les feuilles de pissenlit seraient une bonne source de calcium et de vitamine K, deux éléments associés à la prévention de la perte osseuse.

Le pissenlit aurait un effet protecteur sur les tissus hépatiques en présence de substances toxiques et de stress.

Grâce à son action antioxydante, le pissenlit pourrait réduire les excès de graisse stockés dans le foie et protéger contre le stress oxydatif dans les tissus hépatiques.
Ainsi le pissenlit pourrait aider à maintenir notre foie en bonne santé.

Le pissenlit aurait potentiellement des propriétés antimicrobiennes et antivirales qui pourraient soutenir la capacité de votre corps à combattre l’infection.

L’extrait de pissenlit réduirait la capacité des virus à se répliquer et certains des composés actifs du pissenlit protègeraient contre des bactéries nocives

Le pissenlit et ses composants bioactifs pourraient favoriser la perte et le maintien du poids.

En effet, la capacité du pissenlit à améliorer le métabolisme des glucides et à réduire l’absorption des graisses pourrait entraîner une perte de poids.

Découvrez notre infusion bio « Détox » à base de Pissenlit, Curcuma, Gingembre !

Mais qu’en pensent les instances européennes ou internationales compétentes ?

Quel est l’avis de l’Autorité européenne de sécurité alimentaire EFSA ?

Le règlement CE N°1924/2006 régit l’utilisation des allégations nutritionnelles et de santé portant sur les denrées alimentaires et a établi les procédures d’autorisation des allégations de santé sur la base de l’évaluation scientifique de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

A ce jour, les allégations de santé portant sur les plantes et préparations de plantes ne sont toujours pas réglementées, ce qui a conduit à la création de la liste des allégations « en attente » (correspondant à 2078 entrées).

En attendant que des mesures soient prises en vue de réglementer l’utilisation des allégations de santé portant sur les plantes et les préparations de plantes utilisées dans les denrées alimentaires, les allégations mises en attente ne peuvent être utilisées que conformément aux mesures transitoires prévues à l’article 28 dudit règlement sur les allégations, sous la responsabilité des exploitants du secteur alimentaire et à condition qu’elles soient conformes aux principes généraux et conditions générales dudit règlement, ainsi qu’aux dispositions nationales en vigueur qui leur sont applicables.

Article 5 du règlement CE 1924/2006 :

Il établit les conditions générales d’utilisation des allégations de santé et prévoit, entre autres, que l’utilisation d’allégations de santé n’est autorisée que si la présence d’une substance faisant l’objet de l’allégation s’est avérée avoir un effet physiologique bénéfique, tel qu’établi par des preuves scientifiques généralement admises, et que la substance se trouve dans le produit final en quantité significative, telle que définie dans la législation de l’ Union ou, en l’absence de règles en ce sens, en une quantité permettant de produire l’effet physiologique affirmé, tel qu’établi par des preuves scientifiques généralement admises.

Article 6 du règlement CE 1924/ 2006 :

Il prévoit que les autorités compétentes des Etats membres, la D.G.C.C.R.F. pour la France, peuvent demander à l’exploitant du secteur alimentaire ou au responsable de la mise sur le marché de produire tous les éléments et données pertinents attestant le respect des prescriptions dudit règlement.

Quelles allégations sur la graine de Fenugrec sont en attente d’un avis EFSA et d’une décision de la Commission Européenne ?

Plusieurs allégations sur le pissenlit ont été déposées et sont en attente d’un avis de l’EFSA. Les allégations en attente (pending list) sont listées par un numéro d’identification.

Il est mentionné à l’adresse internet suivante :

https://www.efsa.europa.eu/sites/default/files/topic/ndaclaims13.zip les allégations déposées pour avis EFSA et les conditions d’utilisation proposées par le demandeur (partie de la plante, mode de préparation, dosage journalier).

IMPORTANT

Attention : Regardez bien que la quantité de plante à prendre par portion et par jour pour que l’effet bien-être annoncé corresponde au mode de préparation mentionné. (infusion, extrait, poudre à avaler, ….). Des confusions sont fréquentes de la part des metteurs sur le marché d’infusions bien-être avec allégation santé.

Allégations en attente claim ID 2570 sur le Pissenlit proposées par le(s) demandeur(s) :

« Utilisé pour faciliter la digestion »

« Aide à soutenir le fonctionnement normal du foie »

« Contribue à la stimulation de la production des fluides corporels digestifs »

« Soutient le foie et la fonction biliaire »

« Contribue au confort digestif »

« Aide à faciliter la digestion des graisses »

« Contribue à une meilleure digestion des graisses »

« Aide à soutenir la digestion »

Dosage : – 3 à 4 g de racine, 3 fois par jour.
– Ou 4 à 10 g de feuilles, en infusion, 3 fois par jour

Découvrez notre infusion bio « Détox » à base de Pissenlit, Curcuma, Gingembre !

Quels sont les avis des instances européennes ou internationales compétentes chargées de coordonner et d’évaluer les connaissances scientifiques en matière de phytothérapie ?

  • E.M.A. (European Medicines Agency ou Agence Européenne des médicaments)

L’EMA reconnaît l’usage traditionnel du pissenlit « pour le soulagement des symptômes liés à des troubles digestifs légers (comma la sensation de plénitude abdominale, les flatulences et une digestion lente) et la perte temporaire d’appétit.
Elle reconnaît également l’usage traditionnel du pissenlit « comme adjuvant contre les affections urinaires mineures » pour « augmenter la quantité d’urine nécessaire pour un rinçage des voies urinaires ».

Dosage : 4 à 10 g de racine séchée et broyée, en infusion, 3 fois par jour

  • OMS (Organisation Mondiale de la Santé)

L’OMS reconnaît l’usage traditionnel du pissenlit « pour stimuler la production d’urine, faciliter la sécrétion et l’élimination de la bile, augmenter l’appétit et soulager les digestions difficiles ».

Dosage : Tremper 1 cuillerée à soupe de plante entière (racine + herbes) dans 150 ml d’eau, en infusion

  • La Commission Européenne en Allemagne

La Commission Européenne du ministère de la santé allemand reconnaît l’usage traditionnel des feuilles de pissenlit comme diurétique, et celui de la racine de pissenlit « dans la perte d’appétit et les troubles digestifs mineurs ».

Dosage :
– 4 à 10 g de feuilles, 3 fois par jour
– 1 c. à soupe par tasse d’eau d’herbes et racines de pissenlit coupées, en infusion

  • ESCOP (Coopération scientifique européenne en phytothérapie)

L’ESCOP reconnaît l’usage traditionnel des feuilles de pissenlit comme diurétique « pour prévenir les crises de calculs urinaires et soulager les rhumatismes », et celui de la racine de pissenlit « pour restaurer les fonctions hépatiques et biliaires, dans les dyspepsies (digestion difficile) et pour lutter contre la perte d’appétit ».

Finalement, quel dosage minimum du de Pissenlit par portion et par jour est recommandé par les instances européennes compétentes ?

Après lecture des documents ci-dessus, l’allégation ID 2570 sur le Pissenlit pour un effet bien-être DIGESTION et SANTE DU FOIE en attente d’avis de l’EFSA et de validation par la Commission Européenne mentionne une quantité minimum de feuille de Pissenlit de 4 à 10 g par portion et 3 fois par jour.

La monographie du Comité de l’Agence Européenne des Médicaments (HMPC) sur le Pissenlit mentionne un minimum de 4 à 10 g de racine de pissenlit par portion et 3 fois par jour.

Ainsi, la quantité minimum de Pissenlit retenue pour une préparation en infusion est de minimum 12 g par portion pour un usage traditionnel.

Sans ce minimum de plante de 12 g par portion, l’allégation santé mentionnée avec le Pissenlit pour un usage traditionnel  n’est pas conforme et le metteur sur le marché ne peut pas revendiquer d’allégation santé sur son infusion ou d’effet bien-être.

Quel est le dosage maximum du de Pissenlit par portion et par jour recommandé par les instances européennes compétentes ?

La Monographie du Comité de l’Agence Européenne des médicaments mentionne une quantité maximum de racine de Pissenlit de 10 g de substance végétale broyée par portion jusqu’à  3 fois par jour, soit un maximum de 30 g par jour.

Nous proposons une tisane Bien-être DETOX à base de pissenlit, cependant l’allégation santé ne porte pas sur cette plante mais sur le Curcuma.

Découvrez notre infusion DETOX – Pissenlit, curcuma & gingembre BIO -Arôme naturel de gingembre-citron

Quant aux effets Bien-être caractéristiques du pissenlit, nous ne proposons pas de thé ou tisane avec effet Bien-être SANTE DU FOIE.

Or, pour l’effet Bien-être DIGESTION, nous pouvons vous suggérer notre tisane à base de Menthe poivrée : Découvrez notre tisane DIGESTION- Menthe poivrée, fenouil & mélisse Bio – Huile essentielle de menthe poivrée Bio

Précautions d’usage

L’usage du pissenlit est déconseillé chez les enfants de moins de 12 ans.

Pour raison de manque d’information sur les effets du pissenlit, son usage à fins thérapeutiques est contre-indiqué pendant la grossesse et l’allaitement.

La prise de pissenlit est déconseillée pour les personnes souffrant de troubles du foie, d’occlusion, de calculs des voies biliaires, d’obstruction intestinale ou d’ulcère du duodénum.

Les personnes souffrant d’insuffisance rénale ou de problèmes cardiaques doivent consulter un médecin avant de prendre du pissenlit.

Sources bibliographiques

– WHO monographs on Selected medicinal plants –World Health Organization Geneva – (volumes 1, 2, 3, 4)

– The Complete German Commission E Monographs – Therapeutic Guide to Herbal Medicines – American Botanical Council – Senior Editor Mark Blumenthal

– European Scientific Cooperative On Phytotherapy Monographs – The Scientific Foundation for Herbal Medicinal Products 2nd edition, ESCOP, UK 2003

– Community Herbal Monograph of the Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC) – European Medicines Agency, EMA

© Graaltea - 2021 -