Sauge (Salvia officinalis)

Tout ce qu’il faut savoir sur la Sauge dans vos infusions

La Sauge, également appelée sauge commune ou sauge de jardin, est une herbe aromatique de la famille de la menthe cultivée pour ses feuilles âcre.

La sauge est originaire de la région méditerranéenne et est utilisée fraîche ou séchée pour parfumer de nombreux plats.

Certaines variétés sont également cultivées comme plantes ornementales pour leurs feuilles et fleurs attrayantes.

La sauge est une plante vivace qui peut atteindre environ 60 cm de hauteur.

Les feuilles ovales sont rugueuses ou ridées et généralement duveteuses ; la couleur va du gris-vert au vert blanchâtre, et certaines variétés sont panachées.

Les fleurs sont portées en épi et présentent des corolles tubulaires qui attirent une variété de pollinisateurs, dont les abeilles, les papillons et les colibris. Les fleurs peuvent être violettes, roses, blanches ou rouges et produisent des fruits à coque.

Quelles seraient alors les vertus attribuées au Sauge ?

Pas reconnu par une instance règlementaire compétente ou pas d’allégation de santé en attente d’une décision de la Commission Européenne

Allégation de santé en attente d’une décision de la Commission Européenne

Usage traditionnel reconnu par une instance règlementaire compétente

La sauge aiderait à lutter contre les digestions difficiles et atténuerait notamment les brûlures d’estomac et les ballonnements.

La plante faciliterait la digestion et aurait également des propriétés antispasmodiques aidant à soulager les crampes d’estomac et les ballonnements.

Elle contribuerait également à la diminution des gaz intestinaux.

L’acide ursolique contenu dans la sauge pourrait réguler la transpiration.

La sauge aurait des propriétés astringentes, antiseptiques et anti-inflammatoires qui lui permettraient de soulager les maux de gorge.

La sauge réduirait donc l’inflammation de la gorge mais renforcerait également les défenses immunitaires.

La sauge contiendrait plus de 160 polyphénols distincts, composés chimiques d’origine végétale, qui agiraient comme antioxydants dans votre corps.

La sauge aiderait à la désinfection et à la guérison de petites plaies de la peau.

La sauge soulagerait l’inflammation des muqueuses de la bouche.

Elle aurait des effets antimicrobiens qui pourraient neutraliser les microbes qui favorisent la plaque dentaire et lutterait contre les bactéries qui attaquent les gencives.

En application topique, la sauge aiderait à réduire l’inflammation des muqueuses du nez.

L’extrait de feuilles de sauge réduirait le taux de sucre dans le sang et améliorerait la sensibilité à l’insuline.

La sauge aurait traditionnellement été utilisée pour réduire les symptômes de la ménopause.  Ses composés auraient des propriétés semblables à celles des œstrogènes, ce qui leur permettrait de traiter les bouffées de chaleur et la transpiration excessive notamment.

L’usage de la sauge pourrait potentiellement aider à baisser le « mauvais » cholestérol LDL et le cholestérol sanguin total tout en augmentant le « bon » cholestérol HDL.

La sauge serait efficace pour améliorer les capacités de mémorisation et d’attention.

Découvrez notre infusion bio « Détox » à base de Pissenlit, Curcuma, Gingembre !

Mais qu’en pensent les instances européennes ou internationales compétentes ?

Quel est l’avis de l’Autorité européenne de sécurité alimentaire EFSA ?

Le règlement CE N°1924/2006 régit l’utilisation des allégations nutritionnelles et de santé portant sur les denrées alimentaires et a établi les procédures d’autorisation des allégations de santé sur la base de l’évaluation scientifique de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

A ce jour, les allégations de santé portant sur les plantes et préparations de plantes ne sont toujours pas réglementées, ce qui a conduit à la création de la liste des allégations « en attente » (correspondant à 2078 entrées).

En attendant que des mesures soient prises en vue de réglementer l’utilisation des allégations de santé portant sur les plantes et les préparations de plantes utilisées dans les denrées alimentaires, les allégations mises en attente ne peuvent être utilisées que conformément aux mesures transitoires prévues à l’article 28 dudit règlement sur les allégations, sous la responsabilité des exploitants du secteur alimentaire et à condition qu’elles soient conformes aux principes généraux et conditions générales dudit règlement, ainsi qu’aux dispositions nationales en vigueur qui leur sont applicables.

Article 5 du règlement CE 1924/2006 :

Il établit les conditions générales d’utilisation des allégations de santé et prévoit, entre autres, que l’utilisation d’allégations de santé n’est autorisée que si la présence d’une substance faisant l’objet de l’allégation s’est avérée avoir un effet physiologique bénéfique, tel qu’établi par des preuves scientifiques généralement admises, et que la substance se trouve dans le produit final en quantité significative, telle que définie dans la législation de l’ Union ou, en l’absence de règles en ce sens, en une quantité permettant de produire l’effet physiologique affirmé, tel qu’établi par des preuves scientifiques généralement admises.

Article 6 du règlement CE 1924/ 2006 :

Il prévoit que les autorités compétentes des Etats membres, la D.G.C.C.R.F. pour la France, peuvent demander à l’exploitant du secteur alimentaire ou au responsable de la mise sur le marché de produire tous les éléments et données pertinents attestant le respect des prescriptions dudit règlement.

Quelles allégations sur la graine de Fenugrec sont en attente d’un avis EFSA et d’une décision de la Commission Européenne ?

Plusieurs allégations sur la sauge ont été déposées et sont en attente d’un avis de l’EFSA. Les allégations en attente (pending list) sont listées par un numéro d’identification.

Il est mentionné à l’adresse internet suivante :

https://www.efsa.europa.eu/sites/default/files/topic/ndaclaims13.zip les allégations déposées pour avis EFSA et les conditions d’utilisation proposées par le demandeur (partie de la plante, mode de préparation, dosage journalier).

IMPORTANT

Attention : Regardez bien que la quantité de plante à prendre par portion et par jour pour que l’effet bien-être annoncé corresponde au mode de préparation mentionné. (infusion, extrait, poudre à avaler, ….). Des confusions sont fréquentes de la part des metteurs sur le marché d’infusions bien-être avec allégation santé.

Les allégations en attente d’avis de l’EFSA dont le mode de préparation n’est pas une infusion n’ont pas été retenues car nous étudions volontairement que les plantes préparées en infusion.

Découvrez notre infusion bio « Détox » à base de Pissenlit, Curcuma, Gingembre !

Quels sont les avis des instances européennes ou internationales compétentes chargées de coordonner et d’évaluer les connaissances scientifiques en matière de phytothérapie ?

  • E.M.A. (European Medicines Agency ou Agence Européenne des médicaments)

L’EMA reconnaît l’usage traditionnel de la sauge officinale par voie orale dans « le traitement symptomatique des petits problèmes digestifs (brûlures d’estomac, ballonnements), ainsi que dans celui de la transpiration excessive » et en application locale dans le traitement « des inflammations de la bouche, de la gorge et de la peau ».

Dosage : 1 à 2 g de substance végétale broyée dans 150 ml d’eau bouillante, en infusion, 3 fois par jour

  • La Commission E

La Commission E du ministère de la santé allemand admet l’usage de la sauge officinale « en application externe, contre l’inflammation des muqueuses de la gorge et du nez, et en usage interne contre les digestions difficiles et la transpiration excessive ».

Dosage :
– 4 à 6 g de substance végétale par jour
– Pour bain de bouche et gargarisme : 2,5 g de substance végétale ou 2 gouttes d’huile essentielle en infusion dans 100 ml d’eau

  • ESCOP (Coopération scientifique européenne en phytothérapie)

L’ESCOP reconnaît l’usage de la sauge officinale dans le traitement « des inflammations et des infections de la bouche et de la gorge telles que les stomatites (inflammations de la bouche), les gingivites ou les pharyngites, et pour soulager la transpiration excessive. »

Dosage :
– Par voie orale : 1 à 1,5 g de substance végétale séchée dans 150 ml d’eau, en infusion, 1 ou plusieurs fois par jour.
– En application locale : Infusion de 3 g de substance végétale séchée dans 125 ml d’eau, en bain de bouche ou gargarisme.

Finalement, quel dosage minimum de sauge par portion et par jour est recommandé par les instances européennes compétentes ?

La monographie du Comité de l’Agence Européenne des Médicaments (HMPC) sur la Sauge mentionne un minimum de 1 à 2 g de substance végétale broyée par portion et 3 fois par jour.

Ainsi, la quantité minimum de Sauge retenue pour une préparation en infusion est de minimum 3 g par portion pour un usage traditionnel.

Aucune allégation santé n’est, à ce jour, en attente  d’un avis de l’EFSA pour une  préparation en infusion de Sauge, aucun metteur sur le marché ne peut donc revendiquer d’allégation santé sur une infusion à base de Sauge.

Quel est le dosage maximum de sauge par portion et par jour recommandé par les instances européennes compétentes ?

La Monographie du Comité de l’Agence Européenne des médicaments mentionne une quantité maximum de feuille de Sauge de 2 g de substance végétale broyée par portion jusqu’à  3 fois par jour, soit un maximum de 6 g par jour.

Nous ne proposons pas de thé ou tisane à base de Sauge.

Cependant, vous pouvez découvrir notre gamme Bien-être : Découvrez nos infusions Bien-être BIO

Précautions d’usage

L’usage de la sauge est déconseillé chez les personnes souffrant d’épilepsie.

L’EMA déconseille l’usage de la sauge (usage hors alimentaire) pendant la grossesse et l’allaitement.

L’usage de la sauge officinale chez les enfants et adolescents de moins de 18 ans est également déconseillé par l’EMA.

Sources bibliographiques

– WHO monographs on Selected medicinal plants –World Health Organization Geneva – (volumes 1, 2, 3, 4)

– The Complete German Commission E Monographs – Therapeutic Guide to Herbal Medicines – American Botanical Council – Senior Editor Mark Blumenthal

– European Scientific Cooperative On Phytotherapy Monographs – The Scientific Foundation for Herbal Medicinal Products 2nd edition, ESCOP, UK 2003

– Community Herbal Monograph of the Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC) – European Medicines Agency, EMA

© Graaltea - 2021 -